Accueil / Chroniques / Les aventures en Chroniques Tintin Thaï – Partie 1

Les aventures en Chroniques Tintin Thaï – Partie 1

Chroniques Tintin Thaï – Stargate :

 

Tintin Thaï - Chroniques Tintin Thaï
Chroniques Tintin Thaï

 

Un voyage est un portail entrouvert d’où s’évade un éclat qui nous attire, des rayons qui exercent une force d’attraction et qui agit sur notre désir de découverte.
En panne des sens indépendamment de ma volonté, je manquais sans doute de contenance pour m’adapter à cette société, même si je reconnais les faits, car quelque part j’étais un coupable-né. J’entends encore la voix de ma mère résonner:

 

 

 

Tu es dans la lune Tintin, allo nan mais allo quoi.

La réalité parfois, est pire qu’un coup de couteau en plein cœur, on vit tous sur la même planète, chacun dans son univers, chacun dans son monde, avec son imagination ; ses intuitions, ses inspirations, ses idéaux…
J’ai décidé de courber l’espace-temps et de me téléporter dans un endroit loin de toute exigence du quotidien, là où l’esprit ne ressemble pas à un parpaing dans une collection de pierres précieuses.

Que la lumière soit et la lumière fut. 

C’est un extrait de la Genèse 1.3, écrit par Moïse et toute sa bande il y a des lustres. Moi je suis assis dans le train avec ma tablette Android 4.0. Dans ma bulle, connecté sur différents réseaux sociaux, en pleine communication partageant l’excitation de mon premier voyage.
Avec mon billet “prem’s” dans la poche, je me rends à Paris Charles-de-Gaulle lorsque le TGV s’arrête à l’une des gares de correspondance. Le commandant de bord annonce que le train va être immobilisé momentanément pour cause de problème technique.
La communication des gens présents dans le wagon atteint son paroxysme. Les statistiques s’affolent, il y a des pics d’engagements rarissimes, tout le monde se regarde, tout le monde partage son agacement, tout le monde like les statuts des autres usagers mécontents. Et puis en plus, il y a même la vieille dame assise en face de moi qui dit:

Pfff de toute façon ils ont toujours du retard.

À ce moment là je sens ma jambe vibrer, c’est ma mère qui me rappelle pour me dire encore de faire attention ; de l’appeler quand j’arrive ; de passer un bon voyage… Quand tu as l’habitude c’est facile, faut placer un : “Oui t’inquiètes pas” alterner d’un “D‘accord ça marche” pour finir par un “Merci môman à bientôt, bisous
Je pose mon téléphone sur le siège voisin, puis la vieille dame me regarde avec bienveillance et me dit spontanément que la vie c’est comme un cadeau et qu’il faut en profiter à chaque instant.
Au même instant, je vois mon téléphone légèrement bouger. C’était mon cousin qui aurait aimé que je lui ramène son DVD, il sait que je suis dans le TGV et il me dit que je le fais chier. Je lui réponds de “manger du chocolat” de consulter la page de fissureanale.com et de se renseigner sur les 7 aliments qui constipent.
Je préparais mon départ en Thaïlande, j’avais pas le temps, il le savait. Il n’avait pas qu’à oublier son DVD. Cette fois, j’éteins mon portable. La vieille dame me demande si c’est la même personne…
Puis elle me dit:

Roh c’est pas vrai ça va durer combien de temps…

CDG - Chroniques Tintin Thaï
Chroniques Tintin Thaï

Chroniques Tintin Thaï : Enregistrement vite vite vite…

A l’aéroport, les tapis roulants ont des vitesses différentes , il y en a même qui se précipitent, ils sont pressés de partir ou alors ils veulent arriver vite, pour vite se détendre, pour vite visiter et revenir vite…
Généralement la file de gauche c’est la file rapide. Du coup je me demande ce qui se passerait si des touristes européens débarquaient en Angleterre.
Je me rends au terminal A de l’aéroport Charles-de-Gaulle pour enregistrer mes bagages. J’ai choisi la bonne journée pour partir car dehors le temps est couvert et bien laid, tout le contraire des hôtesses de la Royal Jordanian qui s’activent à ouvrir le comptoir. Je pousse mon chariot jusqu’à la petite file d’attente lorsqu’un mec me dit:

Tu pars en Thaïlande ?

C’est un Parisien plutôt sympa d’une trentaine d’années qui effectue son deuxième séjour, David fait les marchés, il vend des poulets et à mon avis il doit aussi les manger. J’espère que je ne serais pas assis à côté de lui dans l’avion. Déjà qu’on est serré comme des sardines, ça va être dur de batailler pour l’accoudoir.
Il me demande où je compte aller en Thaïlande.

Chroniques Tintin Thaï – Flash Back:

Face à la mer près de chez moi, 4 mois plus tôt, j’avais rejoins un copain qui revenait de Thaïlande. Arrivé à Bangkok il avait acheté un vélo, était remonté jusqu’à Chiang Maï, avait passé la frontière du Laos, celle du Vietnam, puis il en avait eu marre et il était remonté jusqu’à Bangkok en train. C’est souvent comme ça, partir en Thaïlande ne nous a jamais effleuré l’esprit, ou alors superficiellement, mais lorsqu’on connait quelqu’un de notre entourage ça concrétise souvent notre envie de voyager. J’avais les yeux qui brillaient en écoutant le récit de son séjour, j’étais comme un gosse face au sapin de noël.
J’avais envie de faire la même chose que lui.

Prends toi un billet Tintin, profite et part au soleil.

Chroniques Tintin Thaï - © Tintin Thaï
Chroniques Tintin Thaï – © Tintin Thaï

Chroniques Tintin Thaï: L’envol…

C’est assez étrange, j’ai la sensation d’être dans un film et de tenir le rôle principal, une nouvelle histoire qui est sur le point de commencer, l’avion vient de décoller, et moi aussi après deux apéros. J’ai le titre du seul Breton qui ne boit pas d’alcool alors ça monte vite.
Première escale à Ammam, les locaux tirent des tronches de six pieds longs, masculins ou féminins, “vivement que je me thaï”
Cette fois-ci, j’embarque dans un A330, à la porte de l’avion, la jolie hôtesse m’indique la direction de mon siège.
Qui c’est qu’je vois ? David, le mec que j’ai croisé à l’enregistrement, lui est côté hublot, ça fait plaisir de le voir, ça contraste avec l’ambiance de l’aéroport (ou la fatigue peut-être). Deux apéritifs, un dîner, et un film, bah ouais dans l’avion ça se passe comme ça.
L’hôtesse qui m’avait indiqué la direction de mon siège plus tôt, revient me voir et me dit:

Suivez moi Monsieur…

Étonné je détache ma ceinture et arrivé dans l’espace qui sépare les différents habitacles de l’avion, elle tire le rideau, pour être à l’abris des regards indiscrets, elle me plaque contre le mur, plonge sa main dans mon jeans, sa bouche effleure la mienne et elle m’embrasse. Elle m’excite avec son petit chapeau rose fluo, je sens sa poitrine se coller contre moi lorsque l’avion subit un trou d’air. Ça m’extirpe de ma somnolence momentané, juste 5 minutes. J’étais en plein scénario imaginaire d’un remake de Dorcel Airlines, oh la faut que j’atterrisse.
Mis à part ce petit moment d’assoupissement, j’ai pas dormi de tout le vol. C’était mon premier vol long courrier, j’ai pas arrêté d’importuner l’hôtesse pour assouvir ma soif, à chaque fois, elle m’amenait un petit gobelet d’eau. Et comme dit Jean Claude Van Damme :

J’adore l’eau, dans 20 / 30 ans, y en aura plus.

J’ai eu une étrange sensation, je me suis senti seul au monde. Après la serviette chaude, l’apéro et le dîner, au bout de deux films plutôt récent en plus, je me lève pour aller au toilette et quand je retourne m’asseoir… “Tout le monde dort”. Je cherche pourtant une paire d’yeux, rien, personne.
La petite compensation c’est de voir leurs têtes.
Rohh… y en a ils ont des belles têtes de vainqueur, le gagnant c’est celui avec la tête en l’air et la bouche ouverte (et son air d’ahuri), talonné par celui qui dort les yeux ouvert, ou mort peut-être? Je vous passe celui qui bassine tout le monde avec ses ronflements (enfin surtout moi), il est devant moi coté hublot avec le groin contre la vitre. Sauf que si j’avais dormi, c’est l’avion entier qui n’aurait pas dormi ! Ado, je retrouvais des potes dans le canapé.
“Qu’est ce que tu fais là ?”

Tu ronfles trop Tintin, sérieux…

Avant l’atterrissage, David est toujours étonné de mon itinéraire, surtout de mon mode de transport, le vélo. En observant sa moue et ses yeux rieurs je me rends compte qu’il est vraiment septique. Il me propose de partager le taxi avec lui, de me reposer quelques jours avant de mettre mon maillot jaune, il me dit qu’il va se poser proche de Bangkok. Il arrive à me convaincre, après tout, j’ai besoin de me reposer, j’accepte, surtout que je ne suis jamais venu, je connais personne, les informations que j’ai proviennent uniquement du guide acheté peu de temps avant, je crois qu’il pourra me donner des bons conseils.

Chroniques Tintin Thaï – Abracadabra :

Sorti de l’aéroport, le taxi nous a emmène dans une petite ville non loin de Bangkok. Proche de l’arrivé, David lui a répété plusieurs fois : “Walking Street, not here, Walking Street”. Il nous a dépose tout au bout d’une ruelle. A peine sorti j’entends le Thaïlandais nous dire “Tip” il lui donne un billet rouge clair.
L’hôtel de David est face à la plage, avec une superbe piscine et un petit bar très intime qui est réservé pour les clients de l’hôtel. Après deux boissons, je salue mon compagnon de vol. C’est la fin d’après midi, je me dit que je peux trouver un hôtel pour moins de 1000 baht la nuit. Je m’éloigne et prends une ruelle à droite, il y a une petite place avec un bar qui tourne sur lui-même “Le Carrousel”.
Au devant de moi, une Thaïlandaise avec une jolie tenue bleue nacré vient vers moi, me tends la main et elle me dit quelque chose qui va se graver en moi pour toujours. Quelque chose qui, dans le futur, m’inspirerait toujours la même émotion, une formule magique qui m’ensorcelerait et me donnerait à coup sûr, le même sourire béat à chaque fois que j’entendrais ce :

Sawasdee kha

Dans un anglais approximatif, elle comprends que je cherche un hôtel, elle me dit de l’attendre 5 minutes. Elle revient habiller de manière plus adéquate par rapport à la chaleur ambiante. On marche 20 minutes en longeant la soi 17, je ne me vois pas sur une motobike avec ma grosse valise, mon sac à dos et ma guitare.
Arrivé à l’hôtel, 400 baht la nuit. Pouhfff je suis fatigué mais il faut encore grimper 3 étages avec tout les sacs, elle me porte la guitare. En montant, la Thaïlandaise me dit “You big power” Si quelqu’un d’autre m’avait dit ça je lui aurait répondu “Tu te fou d’moi ou quoi, tu vois pas comment qu’je galère” je lui dit juste “Not really now
La chambre est super grande & propre, je pose mes affaires. Elle m’appele, je la rejoins sur le petit balcon, elle me fait remarquer qu’il y a une piscine en bas, magnifique,  et me dit:

It’s magic.

Puis m’embrasse…
J’ai déballe mes affaires, en prends des propres, de nouveau un petit contact corporel. Je rentre dans la salle de bain, laissant la porte entre-ouverte pendant que j’apprécie ma douche, je me répète. “Je suis en Thaïlande depuis 2 heures, arrgh”.
Hmm… quel bonheur de se sentir propre, on échange de pièce et de place. Je me détends en regardant la télé, je comprends rien mais c’est pas grave, elle me rejoint pour une première séance pornographique.
A un moment en mimant le geste, elle me dit

You can cum in my mouth

Luchini - La fille de Monaco - Chroniques Tintin Thaï
Chroniques Tintin Thaï

J’ai ressenti la même sensation que Fabrice Luchini lorsque Louise Bourgouin qui joue le rôle d’une cagole dans La fille de Monaco lui dit pendant l’étreinte “Enc***-moi”. De surprise en étonnement, voire quelque part choqué. ^^
Après la seconde séance, elle me dit qu’elle doit retourner travailler. Elle part, sans me demander quoi que ce soit sauf l’envie de me revoir, elle me donne rendez-vous le lendemain à midi.

Chroniques Tintin Thaï, l’aventure commence maintenant

Proverbe voyage - Chroniques Tintin Thaï
Chroniques Tintin Thaï

J’étais parti à l’aventure, sans forcément de plan, je laissais une place au hasard et à toutes ses surprises.
Si j’avais eu un tout petit peu d’énergie, j’aurai surement pensé à l’un des livres de Milan Kundera.
“L’insoutenable légèreté de l’être.”

Sauf que j’avais l’esprit vide de toute pensée et que j’étais trop en mode “Sabaï sabaï
L’une des premières chroniques Tintin Thaï s’arrête ici, justement je dois aller me coucher aussi.
Alors je vous dit à tous “None lap fan dee”
Et à bientôt…

 

Vous pouvez laisser un commentaire si vous le voulez et pour suivre la suite des prochaines chroniques, inscrivez-vous… afin d’être informé par mail à chaque nouvelles chroniques Tintin Thaï.

Proverbe Tintin Thaï






 

 

 

Chroniques Tintin Thai

Suivez l’actu sur la page facebook

www.facebook.com/specialthailande

 

Kob Khoun Kap, merci d’avoir lu les Chroniques Tintin Thaï

Clic

Tintin Thaï

Déjà petit, ma mère me disait: "T'es dans la lune Tintin, allo non mais allo!"
Au crépuscule de ma vingtaine, j'ai décidé de prendre mon vélo, ma cape et de mettre E.T. dans ma sacoche pour m'envoler vers d'autres horizons, lever les yeux et regarder cette lueur venue d'AILLEURS.
Tenter l'aventure au pays du sourire, qui n'est pas non plus celui Candy.
Contrairement au Thaï, je ne suis pas conservateur de la vérité, alors je vous ferai partager le meilleur et pas que...
Bientôt, j’appellerais ma mère pour lui dire: "ça y est Maman, j'y suis."

" Etre loin d'ailleurs, c'est être ici " (P. Geluk)
Clic

4 Commentaires

  1. hi, Tintin by notre farang Belge fut jugé “parodie” seulement, heureux pour lui. Visiblement il y a des samnao nombreuses sur le net, et c heureux car n’ ai pu le trouver forme papier en Thailand, il est vrai que je n’ai jamais été à Krungthép. Il faudra, départ dans 5 jours pour Souwanaphoum, enfin !
    Ptét faire une version Tha¨i ? Bangti may pén maaraya dee hay khon Tha¨i …

    Merci pour votre réponse, Chan lala kamlang wangwa hay khun neung wan dee.

  2. hi sawadee krap, yak rou 1 khong : mi reuhang tintin kub pasaa thai may. phom, khon farengsét mi léo tintin nay pasaa ingritt lé yak pén krou hay noum chay khon thai peuha seuksa pasaa ingrit ngaikwa kub tintin, thamay may ? té wa phén neung nangsue olé olé keunpay, wangwa khon thai day kaodjay phén taho nan peuha ouha ro, kwamkit farang may pén kwamkit khon thai, nénon ! té pén 1 thang sabay peuha seuksa. kobkhun hay thangmot kao krao.

    • Sawadee khap Jean-Luc, phom chob « Tintin en Thaïlande » phom aan neung khrang.*
      La translittération est variable alors je vais continuer en Français, je sais pas s’il existe une version en Thaïlandais.
      Samnao pén reang* phit kot maaï. Khortood, phom maï tham.

Laissez un commentaire...